👇
Note Plan 🕒 ⧉ 
↩︎
Imprimer Noter Rechercher Modifier - Déconnexion Site Essai - Methode - Agreger

 

* Agréger

03 avril 2019 à 10h03 par FidelioEspoir dans Demarche (0 commentaires)

 

>>>Dedicace
>>>Concepts
>>>Schéma conceptuel
>>>Carte
>>>Réalité
>>>Réel
! Notes
Tout réel est une re-présentation réelle d’une partie de la réalité.
Aucun réel n'est ni premier, ni ultime.
Un réel se définit sur la réalité, ensemble de tous les réels. Il n’y a pas de réel défini en soi.

 

Tout réel lie, diversifie la réalité en granules.
Un réel ne peut se séparer des granules qu'il lie, diversifie.

 

Tout réel agrège des lieux.
Un réel rassemble les espaces en lieux de réalisation

 

Tout réel compose des moments d'existence.
Tout réel se crée des moments d'existence, de visibilité, d'observation.

 

Un réel est inséparable de la réalité qui le contient.
Il est indissociable des réels qui se composent avec lui pour le rendre visible dans une observation située et datée.

 

Définir, étudier un réel, c'est ne pas être dupe des limites que ce même réel pose à sa/ses définitions.
Chaque dimension et composante doit intégrer cette caractéristique réelle.

 

Déchets, inocuité, ressources inépuisables, gratuit/sans valeur, hors coût, non présent, non radioactif dans 10 000 ans....
Tout réel a une ou plusieurs définitions stratégiques que ses protagonistes tendent à mettre hors champ, pour que les avantages induits ne soient pas remis en cause. Chaque dimension descriptive doit y veiller.

 

Mais comment définir un réel sans en fixer une frontière supposée intangible ?
En refusant toute vérité intangible !
L'étude des composantes et de leurs liens mutuels permet de repérer des positions contraires.
Mais il faut encore insérer le réel dans la Réalité globale et ses définitions négatives principales.

 



◆  Commentaires



 

>>>Dimension
>>>Unicité
! Notes

 

La polarisation mène à la dichotomie, dualité figée. Elle dénote une stase.
La stase, ou état de stase, est un état de choses marqué par l'immobilité absolue, que l'on oppose au déroulement normal des processus.
Lorsque la pluralité A/non-A n'est pas (encore ?) envisageable, l'unicité se rigidifie se polarise en dichotomie existant/non-existant.

 

L’unicité a une virtualité paradoxale dans ses limites. L’existence s’y abîme dans la perte suicidaire, le maintien inerte d’une reproduction, l’étant actualisé, une fausse créativité événementielle, une violente idéalité démiurgique.

 

La virtualité de l’unicité d’un réel se fige en une structuration polarisée, dichotomique.
Inversement un réel se présentant comme polarité, dichotomie (double contrainte), est le signe d’une existence figée qui ne sait plus se composer avec la réalité.

 

La réalité semble être renoncement puisqu’elle oblige une pluralité à se rétrécir en une existence tellement exigeante qu’elle quitte le rêve.

 



◆ Divergence


L'unicité est une dualité, une pluralité minimale : Existence/non-Existence.

 

  • Etat de fait : ∀ ℝ, ∃ u

exemple :" il y aura toujours des guerres", "Paris sera toujours Paris"

  • Identité d'Existence : ∃ ! u

exemple : "Seul le roi existe"

  • Incompatibilité de non-Existence : ∄ non-u

exemple : "l'homme blanc"

  • Impérialité, totalité, grand Tout : tout réel est u

exemple : "la majorité a raison"

  • Universalité : u est la réalité

exemple : "Il n'y a que dieu"

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Pluralité
! Notes
La pluralité est ensemble de réels équivalents (ensemble-OU)
Un réel peut contenir plusieurs ensembles de pluralités

 

La pluralité est équivalence, propriété du même. Le passage de l'élément à l'ensemble d'éléments équivalents est une perte d'information sur l'élément.

 

La pluralité est lien même-autre sans qu'il y soit défini une différence. La pluralité pose seulement une non-équivalence.
La pluralité est lien au "même", définition en compréhension
Tout réel définit un "autre même, un non-même" regroupant les ensembles de réels non-équivalents.

 

La pluralité agrège des identités, est mode d'appartenance-exclusion La pluralité est appartenance à un ensemble défini en extension

 

La pluralité est Proximité,
Les pluralités se composent en voisinage, construction identitaire, réflexive. La composition figée d'une pluralité est indistinction

 

 

Les pluralités suivent les compositions ensemblistes.

 

Les éléments d'un réel peuvent se rassembler en de multitudes homologies. (cf les luttes conceptuelles de la cladistique 1)

 

 

La pluralité est un mode de regroupement des réels selon les équivalences que le réel instrumentalise.

 



◆ Option et choix


L'option est "A ou B". Le choix est ?A ou ?B
Il n'y a pas de choix dans la pluralité. Il ya seulement changement d'option obéissant à une règle de pluralité(la succession royale par exemple) d'équivalence.
Le choix suppose une différence. Irai-je à droite ou à gauche ? haut ? ou bas ? bleu? ou vert?. Mais l'accumulation temporelle des choix forme une intensité jurisprudentielle.

 

 

 

Pluralité p ⟷ Ø p ⟷ {p}
∃! Seul Absolu
P = {p,p'...} ⟷P'
p ⟷ {p, p', …………}
Équivalence/ Altérité
P' ⊂ P ⇵ P = {p,p'...} ⇵ P ⊂ P',Fermeture,Partition P = {p,p'...}⟷ R

 

La virtualité de la pluralité s’écartèle d’une équivalence qui s’épuise à vouloir joindre la toute solitude de l’état présent et la peur de l’autre même, dans une appartenance sans cesse négation d’une altérité que l’on recouvre d’indistinction.

 



◆ 🛠 Pistes


 

 

Pluralité [≠ ⟵ ≠⟵p⟶ = ⟶ =]
Divergence
Pluralité
il n'existe pas d'équivalence une seule équivalence équivalences différentes intensité d'équivalence tout est équivalent
Pluralité
Ensemble
∃ ! ∃ des {Ensemble} ⋂ , ⋃
Divergence
Pluralité
des éléments-singletons isolés des ensembles isolés des ensembles inclus, emboîtés
cohérence
ensemble universel

 

 

Pluralité
r r et non-r r et r'≠r r et nr r • r'
Divergence
🛠Tel réel est

pas d'ensemble, que des singletons
{!r}
une seule équivalence définit r
{r}
{nr} , limite n
inflation effectif
propriété r intangible

 

Divergencede Pluralité
ensemble vide ensemble unique équivalent, identitairehttp://www.toposcopie.fr/pub/MyGuiEditToposcopie/return2.jpg ensemble des différences

 

>>>Liaison
! Notes

 

 

Liaison est processus de transitivité où se composent des différenciations réelles.
Liaison est à jamais provisoire, intégrable dans un enchaînement, linéaire ou non, déterminé mais non totalement prédictive, toujours comparable.
Liaison minimale est...unicité dichotomique : Existence / Non-Existence
Puis la pluralité pose un Liaison en la maintenant dans un ensemble d'équivalences. La dichotomie devient appartenance/non-appartenance.
Liaison apparaît enfin comme réel à part entière, non-dichotomique.
Tout réel où s'inscrit une dichotomie est un réel qui pose une problématique limitée, restreinte, strictement existentielle, une unicité qui refuse une hypothétique pluralité menant à une inévitable différence.
Une Liaison figée affirme une discontinuité, une linéarité unique, un ordre hiérarchique.

 

Une différence, quantitative ou qualitative, apporte, induit une plus-value, un "plus" (terme à la mode). Une plus-value n'est pas uniquement économique.

 

La liaison est un mode de regroupement des différences réelles grâce aux liens que le réel instrumentalise.

 



◆ Observer Liaison


Observations amenant progressivement à la dimension Opération

d ⟷d’
Différence d d' Bleu ⟷ Rouge
d‘ ⟷d
Contraire anti d Mort ⟷Vie


Inverse inverse d Haut⟷ Bas


Symétrique symétrique d Droite⟷Gauche


∀x,y, ∃! d(x,y)
nb: ∃ ! = Il existe un seul
lien unique Δ(x,y) CENTRALITE


x,y, ∃d(x,y) OPTION
Critère Choix
MULTILATERALIT E.
< ≠-

∀x,y,
x>y ou x<y
ORDRE
lien-direction
Hiérarchie
Alignement, Centre
LINEARITE
> ≠+

Altérité Champ
∀x,y, : x-≠-y
lien-sens Compatibilité SENS
Liaison
Plus-value
Privilège, apanage Appartenance Pouvoir Profit Avance, Anticipation


.
réseau différentiel Équivalent général

 

 

 

1 La cladistique consiste en une méthode de classification des éléments en fonction de leur parenté, et non simplement du nombre de caractères communs, comme dans la vision phénétique



◆  Commentaires



 

>>>Opération
! Notes
L'opération de réels d'une pluralité crée un réel appartenant à cette même pluralité.

  • addition: somme
  • soustraction : différence
  • multiplication : produit
  • division : quotient

 

Opération de réels équivalents
Tout réel est somme-cumul de réels partiels équivalents
L'opération est quantification => nombres, intensités

 

Tout réel opère sur des existences équivalentes. Tout réel est agrégation, somme d’éléments du même réel. Tout réel est cumul d'être. L'accumulation et l'épuisement sont les deux faces de l'opération réelle.
Tout réel est opération d'agrégation

 

Tout réel a une forme intensive, agrégation d'unicité, pondération.

 

Liaison traite des différences discrètes
Opération traite des différentes continuités d'un réel
Une différence peut être discrète et/ou continue selon le réel étudié.

 

L'opération permet à l'ensemble des pluralités d'un réel de ne pas avoir un nombre fixe d'éléments. Les éléments d'une opération (ensemble-ET) y ont le même rôle.

 

Tout réel est nombre-quantité, nombre-effectif, rapport de réels agrégés
Tout réel pose seuil et limite d'opération.
Capacité de charge > conditions aux limites > régulations
L'opération pose limite seuil, source de composition éventuelle.

 

NB L'opération postule une divisibilité du réel que va consacrer la composition.

 

Agréger
•••
ECART ∆ Potentiel Energie
Inégalité Différentiel

RETOUR, Inverse r, -r, 1/r
Facteur ]-1, 0[ ⟷ ]0 , 1[

CUMUL Rétroaction
Cumul positif Capitalisation

Carence Manque Cumul négatif
SEUIL, Min ⟷ Max
LIMITE, Limite< ⟷ Limite >

Immersion (diminution de pluralité) Emersion (accroissement de pluralité)

 


 

Agréger
[ ⟷ ]
Impuissance sous-vie minimale abcès Privilège,
Puissance
Limite, cassure, Excès hybris démesure prolifération sur-vie maximale

 

Pour tout réel, il existe une opération minimale : celle des existences, l'agrégation des occurrences

 

L'excès d'opération (agrégation/soustraction) conduit à l'asymptote de la misère
Le différentiel est une énergie dont le privilège mène à l’impuissance du réel à déjouer la destruction de la réalité.

 



◆ Désir


Le désir est une modalité de la dimension opération.

 



◆ Limite, Excès


La limite d'un réel : l'expérience-limite, le réel-limite, l'extrémité
La limite est la zone où ce qui parait socialemennt normal ou légitime se voit aménagé parfois jusqu'à la contradiction pour des raisons propres à la situation réelle
"C'est pour ton bien !...."
🛠
liberté d'une personne <<>> liberté d'un nourisson ? d'un mourant ? d'un dément ??
abandon d'enfant - fille mère
adoption forcée Debré - déportation adoptive
adoption - achat d'enfant
Violence punitive, Contrainte éducative..

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Composition
! Notes

 

Tout réel est composé de réels partiels composants.
Tout réel est composant.
La composition est réunion-assemblage de réels hétérogènes, par un mode de composition.
NB Composition ne veut pas dire synthèse de contraires

 

La composition est la dimension qui décrit la façon dont le réel interagit avec d'autres réels hétérogènes.
Tout réel a un mode de composition minimal ou non avec tout autre réel.
Il ne s'agit donc pas de dresser la liste des réels avec lesquels ce réel est composé mais de cerner comment, pourquoi, en quoi ce réel se compose à d'autres réels.
Ce mode de composition est actuel. Il ne concerne que le moment de la description.

 

Un même réel peut être composé de plusieurs façons.
Valence : Capacité d'un réel à pouvoir composer différents composants pour un même composé résultant.

 

La composition a un sens, une rétroaction R,R’ >>>> R’’

 

Les composition s'agrègent en complexité
Tout réel est une échelle, un réseau pondéré de réels partiels
Tout réel compose existence et virtualité : Composante (dedv) ou dd'
dimension-existence /dimension-virtualité

 

La composition ne mène pas nécessairement à une plus grande complexité. La composition est une dimension qui peut conduire à une décomposition réelle
La dé- la composition est une catastrophe transitoire.
Ne pas confondre décomposition réelle avec décomposition abstraite !

 

Tout réel est composition dimension par dimension de réels partiels, ses composantes .
La composition se fait dimension par dimension.
La composition souligne que la réalité est tissée par les changements de ses réels.

 

Les dimensions se composent en chaque réel.
Tout réel est compositions successives : Niveaux de composition
Chaque réel se (dé)compose en réels partiels. Cette (dé)composition n'est pas limitée a priori. Chaque dévissage successif se décrit par la carte dimensionnelle de ses composantes. Une toposcopie définit une suite récurrente descriptive.

 

Les compositions se décomposent.
Les compositions se recomposent.
La percolation est le passage, composition, d'un système d'un état (ou une phase) vers un état inférieur et moins performant (entropie) ou supérieur et plus performant (auto-organisation, néguentropie)

 

La réalité est création parce qu'elle repose sur la composition.

 

 

 

Le réel est advenir, liberté, jeux de déterminismes composables. La liberté surgit de la composition de plusieurs déterminismes.
Le (Les?) déterminisme n'est pas une force-VERS mais une force/poussée-DEPUIS, créatrice d'une structuration asymptotique du réel.
La causalité antérieure ne signifie pas une seule possibilité future.
Ne voir qu'un seul déterminisme oblige à nier la liberté.

 

Ne voir que deux déterminismes oblige à la dichotomie isomorphe à bien/mal, être/non-être, 1/0.

 

La recomposition est un réel. Une recomposition est la composition d'une ou plusieurs cartes toposcopies.

 

Tout réel est recomposable (le terme recomposition est utilisé pour ne pas confondre avec la dimension composition).
Une composante est un réel recomposable.

 

La recomposition d'un réel forme une marche réelle.
Toute recomposition définit une dynamique réelle : la démarche
La recomposition des réels se fait composante par composante.

 

Tout réel est réseau de compositions, réseau pondéré de réels partiels
Le réel est multi/polyvalent (plusieurs chemins d'être.)

 

La composition d’un réel semble pouvoir mener à sa disparition, son changement, sa dilution....
Un réel n’est qu’un découpage d’une réalité
Une composition mécaniste est le degré zéro du réel.

 

 

 



◆ Observations diverses


 

Composition

R'➞ 𝓡 ➞ R"
𝓡(R')=R"
R•R' = R"
Composants • Composants = Composé

noté aussi 𝓡(R',R")
ou R' ➞ R''
ou (R',R")
(R',R"), (R",R'") ➞ (R',R'") Quantum 𝛂
R'+ 𝛂 ➞ 𝓡 ➞ R"
R' ➞ 𝓡+ 𝛂 ➞ R"
∑R.R' = ∑R . ∑R'
Texture, Ordre de composition'''
non-commutativité
(R',R") ≠ (R",R')
Dimension
𝓓 ∈ {U, P, D, A, C}
R ➞ 𝓓 ➞ R {R} ➞ 𝓓 ➞ {R'} R ➞ 𝓔𝓥 ➞ R
DeDv ≠ DvDe
𝓓(R') + 𝓓(R") = 𝓓(R'+R")
∑D.D' = ∑D . ∑D'
𝓓(R') • 𝓓(R") = 𝓓(R' • R")
Composition
Décomposition/Recomposition
R = U•P•D•A•C
dd'r = n.dd'p ○ m.dd'p'
Redondance
Complexité, émergence
Virtualité
∀R, RxR=R∄R’, RxR’ Implosion

Zéro absolu



R⟷∅ R⟷R
Reproduction
R ⟷ R’ R ⟷ R+R’ R⟷∞


∀R’, RxR’= R

 

 



◆ Décrire une composition entre plusieurs réels


Créer une carte pour chaque réel composant et composés.

 

Réel UN
Reel DEUX
Unicité Elément Existence Ab/Pré-sence Occurrence Dualité
Unicité Elément Existence Ab/Pré-sence Occurrence Dualité
Unicité Elément Existence Ab/Pré-sence Occurrence Dualité
REEL UN • DEUX

 

 



◆ Exemple de décomposition (menu Décomposition)Décomposition de Essai


Unicité Elément Existence Ab/Pré-sence Occurrence Dualité
Pluralité Ensemble Equivalence,Ressemblance Appartenance
Propriété
Identité/non,
Même/Autre
Compréhension
=/≠
Extension, Cardinalité(Nombre d'éléments de l'ensemble)

[ Dualité < k Clos < n Ouvert < ∞ Infini ]

Voisinage, frontière, proximité,limite
{∉} ⟵ / ⟶ {∈}
Opération Résultant Variable d'Intensité Quantité, r, 2r,3r,4r,... Rapport r/r'
Inverse, Symétrie
Seuil, limite, Plafond, Frontières,Extremum
Composition Morphisme Champ, Réseau Niveau Limite Structure
Unicité Elément Existence Ab/Pré-sence Occurrence Dualité
Liaison Relation
r ⟷ r'
Lien
Différence, Qualité, Sens, conflit
⟵ ⟶
Ecart
∆ (r,r')
Transitivité
r ⟷ r' ⟷ r"
Liaison Relation
r ⟷ r'
Lien
Différence, Qualité, Sens, conflit
⟵ ⟶
Ecart
∆ (r,r')
Transitivité
r ⟷ r' ⟷ r"
Opération Résultant Variable d'Intensité Quantité, r, 2r,3r,4r,... Rapport r/r'
Inverse, Symétrie
Seuil, limite, Plafond, Frontières,Extremum
Composition Morphisme Champ, Réseau Niveau Limite Structure

 

 

La composition est actuelle. Ses effets seront mais la composition est toute entière inscrite dans le présent actuel.
Ecrasé par un passé ou ensorcelé par un futur, échappant à ces divergences, la composition crée un présent novateur.
📅 2018-09-29 : Composition et complexification
Selon la thèse de l’archéologue Joseph Tainter, cette tendance apparemment inexorable des sociétés à se diriger vers de plus grands niveaux de complexité, de spécialisation et de contrôle sociopolitique, serait même l’une des causes majeures de l’effondrement des sociétés
J. Tainter, L’Effondrement des sociétés complexes, Le Retour aux Sources, 2013 [1988].
C'est oublier qu'un réseau apporte l'option "plan B" à tout réel SAUF si le réseau se réduit à n'être que hiérarchique. L'effondrement réside dans l'abaissement des niveaux de composition. La résilience prend en compte le niveau le plus faible....

 

 

NB L'émergence est un effet de composition. Deux réels aux propriétés composantes se composent en un "nouveau" réel aux propriétés "nouvelles" composées. L'irruption, l'étonnement résident dans l'observateur !

 

>>>Composante
! Notes
Une composante est l’élément premier de la décomposition d’un réel
Une composante est la rencontre d’une dimension-existence et d’une dimension virtualité.
Les 25 composantes composent le réel

 

Une composante se définit par ses dimensions
Une dimension se définit par ses composantes

 

 

Chaque composante est un réel partiel auquel la décomposition dimensionnelle est à nouveau applicable.

 

Une composante est désignée par un nom arbitraire, purement indicatif, usuel, mnémotechnique. Toujours revenir à sa définition dimensionnelle, sa formule.

 

Attention à ne pas valoriser les composantes pivots ayant existence et virtualité identiques : UU’ Matière , PP’ Produit, DD’ Complémentarité, AA’ Densité, CC’ Modularité.

 

La décomposition n'est pas une nouveauté épistémique, mais qu'elle soit sans fin a priori en est une.
La décomposition forme une logique représentative. Elle n'induit aucune logique réelle préétablie pour un réel décrit quelconque.

 

Pour décomposer vous avez deux solutions :

  • Utiliser le menu "Décomposition" pour créer une composante du réel affiché
  • Rester sur le réel affiché, l'éditer et rajouter des cartes

Les ancres permettent d'inclure dans une autre page les cinq composantes ET leurs éventuels décompositions et commentaires

 

 



◆ Carte


Une carte Toposcopie regroupe les 25 composantes d'un réel (5 dimensions existence x 5 dimensions virtualité ).
Lire la carte horizontalement définit le réel comme existence.
Lire la carte verticalement définit le réel comme virtualité.

 

Chaque composante a une page qui la décrit en tant que constitutif de l'existence du réel et en tant que constitutif de la virtualité du réel.
Chaque composante est composition particulière d'existence et de virtualité du réel.

. La définition des composantes n'est donc que rigoureusement décrite/définie pour l'instant, une mine d'or épistémique (à comprendre), seulement signalée par manque de temps humain.

 

Une composante, réelle, peut être, à son tour, décrite par une carte. Un réel se décrit par une succession de cartes. Pas de carte conceptuelle ultime.
La carte Toposcopie est un graphique causal non linéaire qui oblige à concevoir le réel comme un réseau causal cognitif. Le réseau des déterminismes ainsi décrits compose la liberté réelle sans nécessairement imposer une entité démiurgique.

 

Nier le déterminisme conduit à hypertrophier un idéalisme mono-totalitaire
Ne voir qu'un déterminisme détruit la liberté (les degrés de liberté)
Ne voir que deux déterminismes mène à une dichotomie meurtrière.
Voir une infinité de déterminisme oublie les degrés de composition, la liberté est une stratégie.

 

N.B. La "case" d'une composante est difficile à décrire ? N'ayez crainte, Mendeleïev pareillement !

 

>>>Matière
>>>Présentation
! Notes
Le même réel est porteur de multiples présentations.
Les présentations, reposant, toutes, sur l'unicité matérielle, sont gage matériel d'associativité.
Aucune des présentations d'un même réel n'est arbitraire.
Aucune des présentations d'un même réel n'est prévalente. aucune n'affirme une prééminence de sens.
Présentation affirme la possibilité réelle d'un réel qui se donne à voir
Le réel se donne à voir. Ce fait est indépendant de l'éventuelle entité qui porterait une présentation de ce réel.
Un réel acquiert, fait naître, possède une présentation, une présentabilité. C'est ce processus qui dote ce réel d'une aptitude à la pluralité.
Considérer un réel comme unique, enfermé dans l'évidence de ce qui est, appauvrit la capacité de le présenter comme pluralité équivalente.
Quel que soit le réel, le considérer comme "présentation" permet de l'inclure dans une pluralité.
La présentation est négligence de la différence intrinsèque à la matérialité.

 



◆  Commentaires



 

 

Le réel se présente qu’il y ait ou non réception du réel en tant que représentation.
Présentation et représentation ne sont pas nécessairement isomorphes.
Le moteur de toute implication logique est la perte en contenu informationnel

 

Une réalité ne se résume pas à la représentation qui en est faite.
Une réalité complexe, structurée que les mots la décrivant doivent refléter.
Une réalité innombrable dont les mots utilisés ne sont pas assez nombreux pour la décrire. Une réalité controversée
Une réalité indescriptible totalement

 

Présentation et entité
La présentation n’est pas l’acte d’une entité qui verrait le réel. Le réel est présentation car il se donne à voir. Qu’une entité s’élabore comme pratique permettant d’intérioriser cette présentation est la conséquence de cette présentation, partie intégrante de la matérialité du réel.
La présentation ne nécessite pas une entité porteuse pour exister. Elle est intrinsèque à toute matérialité qui « se donne à voir ». Qu’un entité possède une présentation d’un réel ne préjuge en rien de la véracité, conformité de celle-ci. Que la même entité ait une présentation des re-présentations d’un réel qui le traversent ne peut être là encore affirmé. A chaque fois, la décomposition dimensionnelle permet de quitter l’évidence d’une vue qui n’est pas un regard allant de soi.

 

Juste un détail supplémentaire. Ne pas oublier l’échelle de composition entre le réel « à voir » et le réel qui prétend voir... .

 



◆  Commentaires



 

>>>Valeur
>>>Répartition
>>>Utilisation
>>>Pratique
>>>Produit
>>>Capacité
>>>Travail
>>>Instrumentalité
>>>Entité
>>>Suppléance
>>>Complémentarité
>>>Multiplicité
>>>Totalité
>>>Interface
>>>Variation
>>>Singularité
>>>Densité
>>>Distance
>>>Source
>>>Ressource
>>>Cheminement
>>>Continuité
>>>Modularite
! Notes

 

 



◆  Commentaires



 

 

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Facette
>>>Existence
! Notes
L'existence construit un état du réel, non un concret seulement matériel
L'existence construit un acte-résultat, non une évidence
L'existence construit un point de vue, non une universalité
L'existence construit une mise en place, non un ici-déjà-là observable.
L'existence construit une nécessité d'être (qui est) résolue, un cumul d'être, non une fixité

 

La matière fait lien entre ce qui est et ce qui sera
La présentation permet à l'unicité de se doter d'une pluralité
L'unicité acquiert une liaison-diversité par la valeur , son mode de valorisation
Le mode de répartition de l'unicité d'un réel définit son type d'agrégation
L' utilisation d'un réel définit le mode de composition de son unicité

 

La pluralité d'un réel se fige en une unicité dont témoigne sa pratique
Le produit signe la pluralité réelle comme résultante détachée de la pratique dont elle est issue
La pluralité d'une pratique s'échelonne en capacité
Le travail est mode d'agrégation des pratiques
L'instrumentalité fait naître les pratiques composées

 

Tout réel se découpe en point de vue, en mode d'entités particulières
La suppléance souligne les modes d'équivalence des entités
Le mode de complémentarité dessine comment les entités structurent leurs différences
Le mode de multiplicité décrit les diverses sommes d'entités du réel
Tout réel participe en tant qu'entités inscrites dans une totalité qu'elles composent

 

L'agrégation d'un réel résulte du mode d'interface créatrice d'unicité
Le mode de variation de l'agrégation du réel le dote de pluralité
Les points de singularité décrivent la diversité de l'agrégation
Les densités soulignent l'hétérogénéité de l'agrégation
L'agrégation se compose en distance, autre mode d'intégration des différences

 

L'existence d'une composition est portée par sa source
Le possible dépend des ressources composables du réel
Le mode de cheminement illustre la diversité des composition.
La continuité est une somme de compositions réelles
La modularité illustre le chatoiement des compositions soutenant la richesse infinie du réel

 

>>>Matérialisation
>>>Acte
! Notes
L’acte est une pratique mais n'est pas synonyme de changement. L'action est mode d'action/non-action, ne se résume pas dans un produit.
L'acte d'un réel souligne que l'existence d'un réel n'est pas repli identitaire sur l'objet mais action réciproque sur la totalité du réel.
L’acte est capacité. L'action se définit séparément de l'acteur (Ceci ne veut pas dire que celui-ci n'existe pas, voir Entité.)
L’acte s’accumule en travail
L’acte compose des instrumentalités.

 

 


 

>>>Focalisation
! Notes

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Spatialisation
>>>Temporalisation
! Notes

 

 

 

La temporalisation est le mode de composition de l'existence réelle.
Chaque réel construit sa propre temporalisation, synthèse composition de ses composantes.
La temporalisation décrit comment le réel étudié modifie la géométrie du temps.
La temporalisation ne se résume pas, n'est pas un simple calendrier d'indices.
La temporalisation d'un réel décrit la constitution d'un rythme temporel par lequel le réel global est modulé par son déploiement.
Termes voisins, proches : historicité, régime d'historicité

 

Changement et conceptualisation
La temporalisation signifie qu'un réel construit un mode particulier de changement qui n'est pas un schéma totalement explicatif puisqu'il est tout autant construit que les autres composantes du tableau. Un réel n'est pas une totalité hors du temps, même si sa déconstruction dimensionnelle semble parfois à tort le réduire à un jeu de concepts reliés.

 

Causalité composée
La temporalisation permet de mieux sortir de la causalité linéaire puisque les 25 composantes réelles, ayant leurs dynamiques propres quoique interreliées, provoquent une complexité toujours changeante en ce qui concerne le réel étudié. On prendra comme image les interférences.
Biuso
« Le temps est le tout dans lequel se recueille l’infini battement de l’identité et de la différence. »
Alberto Giovanni Biuso : Temporalità e differenza, 2013, Leo S. Olschki editore
"l’être est fait d’entités qui sont toujours des événements, de substances qui sont toujours des relations, d’identités qui sont aussi des différences. L’être est constitué de formes actuelles engendrées par le passé et dirigées vers les possibilités de l’avenir."

 

 

Simples jalons d'observation...Les mots illustrent, indiquent, imagent leur composante

Dimension Unicité
∄ ⟷ ∃
Pluralité
{≠} ⟷ {=}
Liaison
⟵ ≠ ⟶ 
Opération
∑- ⟷ ∑+
Composition
1/• ⟷ •

 
Temps
t ti ti, tj tk ∑ t ti • tj


Moment Vécu Instant vitalité vieillissement projection, rève et stratégie


Date Vivant vivants classes d’âge population (pyramide) démographie


Durée Age anniversaire génération Sédimentation Ecoulement


Composition
  •  
Vie période déroulement maturité génération

 



◆ Virtualités


Virtualite Circulation Association Différenciation Accumulation Articulation

Virtualité
Temporalisation
Naissance, vie et mort Contemporains Epoque Développement Ere culturelle

 

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Virtualite
! Notes
La virtualité, "monde en puissance" d'être, est inscription présente de la pluralité d'un réel. La virtualité d'un réel est totalement inscrite dans son existant.
La virtualité est un présent mouvant, non une absence
La virtualité est une relation plurielle, non une simple évidence unifiée
La virtualité est une altérité, non une universalité
La virtualité est une sédimentation actuelle, non une historicité passée ou future. La virtualité est une liberté déterminée, non une potentialité toute puissante.

 

 

La matière fait lien entre ce qui est et ce qui sera
La pluralité d'un réel se fige en une unicité dont témoigne sa pratique
Tout réel se découpe en point de vue, en mode d'entités particulières
L'agrégation d'un réel résulte du mode d'interface créatrice d'unicité
L'existence d'une composition est portée par sa source

 

La présentation permet à l'unicité de se doter d'une pluralité
Le produit signe la pluralité réelle comme résultante détachée de la pratique dont elle est issue
La suppléance souligne les modes d'équivalence des entités
Le mode de variation de l'agrégation du réel le dote de pluralité
Le possible dépend des ressources composables du réel

 

L'unicité acquiert une diversité par la valeur, son mode de valorisation
La pluralité d'une pratique s'échelonne en capacité
Le mode de complémentarité dessine comment les entités structurent leurs différences
Les points de singularité décrivent la diversité de l'agrégation
Le mode de cheminement illustre la diversité des composition.

 

Le mode de répartition de l'unicité d'un réel définit son type d'agrégation
Le travail est mode d'agrégation des pratiques
Le mode de multiplicité décrit les diverses sommes d'entités du réel
Les densités soulignent l'hétérogénéité de l'agrégation
La continuité est une somme de compositions réelles

 

L' utilisation d'un réel définit le mode de composition de son unicité
L’instrumentalité fait nître les pratiques composées
Tout réel participe en tant qu'entités inscrites dans une totalité qu'elles composent
L'agrégation se compose en distance, autre mode d'intégration des différences
La modularité illustre le chatoiement des compositions soutenant la richesse infinie du réel

 

 

 

Termes voisins : à-être, sêtre (=sera+ être) ,potentialité, advenir, possibilité, affordance
wikipedia:Affordance...
Pour Gibson, l'affordance est l'ensemble de toutes les possibilités d'action d'un environnement. Celles-ci sont objectives, mais doivent toujours être mises en relation avec l'acteur qui peut les utiliser. Par exemple un escalier n'a pas l'affordance d'être escaladé du point de vue d'un nourrisson. L'affordance des objets ne dépend pas des besoins de l'utilisateur ni de son action de perception, celle-ci est suggérée par l'objet lui-même, elle est une partie constitutive de ce dernier. Cependant chez Gibson les affordances ne sont pas des propriétés à part entière de l'objet mais plutôt des combinaisons invariantes de variables qui dépendraient du contexte de l'action.

 

Questions diverses
L'inégalité n'est-elle qu'une répartition ? La vie, comme accumulation de fatigue ? Être ou avoir ? Limite d’être
Accumulation des accumulations ou cumul des cumuls ?
Vous avez tous entendu parler de l'accumulation capitaliste : les richesses s'accumulent
Vous avez aussi entendu parler du cumul des handicaps : les handicaps s'accumulent sur les mêmes.
C'est le même schéma explicatif, mais symétriquement appliqué Encore un bon exemple du moteur à deux temps bien connu riche-pauvre, bien-mal, droit-devoir Une seule solution : fuyez et décomposez
Mieux vaut être riche et bien portant que....
Les mots à la mode, comme accumulation capitaliste, ont le tort d'empêcher toute réflexion. Un autre du même acabit : le bouc émissaire....Quand un mot voit son utilisation parasitée par un effet de certitude, la solution est de poser comme réel l'ensemble : le mot et celui qui le dit.....

 

 

 

 

 



 

>>>Circulation
! Notes

 

Tout réel est circulation, composition de matières, pratiques, entités, interfaces, et sources.

 

Dans un réel, il y a circulation lorsqu'une de ses cinq composantes changent.
Comme termes similaires, on retrouve ici, la recette de toute bonne narration : Quoi ? Comment ? Qui ? Où ? Quand ? Mais ce ne sont plus des questions séparées, mais des modes d'être liés les uns aux autres.
Il y a circulation de matière au sein de pratiques effectuées par des entités liées par une même interface source.

 

Non-existence -> existence : invention, création, découverte, naissance, achat
Non-existence <- existence : mort, destruction, usure, dégradation, vente

 



◆  Commentaires



 

>>>Association
! Notes

 

 

L'association est le mode de pluralité-équivalence des virtualités d'un réel
Tout réel est composition de présentations, produits, suppléances, variations, ressources.

 



◆  Commentaires



 

>>>Différenciation
! Notes

 

La mise en différence du réel global par le réel est un indépassable, au même titre que la pesanteur naît du haut-bas, et inversement.
Tout réel est composition de valeurs, capacités, complémentarirés, singularités et cheminements.

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Accumulation
! Notes
accumulation/épuisement est mode d'agrégation des virtualités d'un réel.
Tout réel est composition de répartition, travail, multiplicité, densité, continuité.
L'Accumulation décrit comment l'ensemble de ses modes d'agrégation sont reliés les uns aux autres. Tous les phénomènes réels sont susceptibles d'accumulation et pas seulement les phénomènes économiques.

 

 

L'inégalité n'est-elle qu'une répartition ? La vie, comme accumulation de fatigue ? Être ou avoir ?

 

Être, limites d’être, être-limite ?
Accumulation des accumulations ou cumul des cumuls ?
Vous avez tous entendu parler de l'accumulation capitaliste : les richesses s'accumulent
Vous avez entendu parler du cumul des handicaps : les handicaps s'accumulent sur les mêmes
C'est le même schéma explicatif, mais symétriquement appliqué
Encore un bon exemple du moteur à deux temps bien connu riche-pauvre, bien-mal, droit-devoir Une seule solution : fuyez et décomposez

 

Mieux vaut être riche et bien portant que....
Les mots à la mode, comme accumulation capitaliste, ont le tort d'empêcher toute réflexion. Un autre du même acabit : le bouc émissaire....Quand un mot voit son utilisation parasitée par un effet de certitude, la solution est de poser comme réel à étudier l'ensemble : le mot et celui qui le dit.....

 

Piste 🛠 : Une accumulation sans sédimentation n'est-elle pas une cueillette, une rapine, un pillage, ou une rapine coloniale/impérialiste ?

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Articulation
! Notes

 

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Divergence
! Notes
Divergence : [ ⟷ ]

 

La Divergence est visible par agrégation minimale des existences dimensionnelles, l’ensemble des observations d’une dimension d'un même réel.

 

Chaque dimension construit, porte une Divergence quel que soit le réel et et quel que soient ses niveaux envisagés

 

Les Dimensions sont porteuses de divergences.
Les divergences sont présentes différemment dans toutes les composantes de tout réel,.

 

L’observation d’un réel le situe entre les deux pôles extrêmes de sa Divergence porteuse.
La Divergence n’est pas linéaire, située entre deux extrêmes. Elle le devient par effet de la diversité tangentielle.

 

Une différence, quantitative ou qualitative, apporte, induit une plus-value, un "plus" (terme à la mode), un plus-être. Une plus-value n'est pas uniquement économique.
La plus-value ou plus-être est l'enjeu de la diversité.

 

Divergence La destruction des exclus encerclés s'épuise en fatalité (Boucle)
Divergence La cristallisation des bunkers fonde un pouvoir excessif sur un finalisme (Boucle) légitimant
Divergence Dichotomie
Violence
Altérité
Exclusion
Transitivité
Pouvoir
Limite
Excès
Fixité, Stase
Divergence Mort et Existence Renfermement et exclusion Dictature
Divergence Perte Retournement Dénivellation Paupérisation Extrémisme

 

Opération Agrégation/Cumul des divergences
Les dimensions se cumulant, les Divergences se cumulent pareillement : [U] + [P] + [L] + [A] + [C]

 

 

Divergence
Divergence
Polarisation Polarisation + Cloisonnement Polarisation + Cloisonnement + Enchaînement Polarisation + Cloisonnement + Enchaînement + Démesure Polarisation + Cloisonnement + Enchaînement + Démesure + Sclérose

Divergence
* La destruction de l'existence * La polarisation de l'aveuglante indistinction * La soumission au pouvoir * L'enchaînement de la démesure. (mène au.... déchaînement) * La démesure de la rigidification

 

La divergence d'un réel détruit l'existence ou la virtualité d'un réel
La divergence est décrite comme dichotomique. Mais les extrêmes se rejoignent réellement. La divergence montre tout réel comme écartelé.

 

  • L'inexistence suicidaire de soi est prônée comme preuve de la liberté de son existence
  • L'exclusion raciale est la prothèse d'un enfermement qui ne retient plus assez d'identité
  • L'absence de lien devient synonyme d'une pseudo liberté sans ordre
  • La pauvreté est glorifiée comme "vraie" richesse
  • Le fatalisme convoque la religion consolatrice

 



◆ Divergence : Triste scénario


Divergence
Quand vous vous sentez exclu, moins entouré Quand vous êtes impuissant Quand vous n'avez plus rien Quand vous n'avez plus de vision d'avenir vvvvv
Divergence
vous détruisez pour exister vous recherchez de la chaleur identitaire vous réclamer des liens salvateurs vous accumulez vvvvv
Divergence
besoin de violence besoin d'affectivité besoin du pouvoir besoin de richesse-rempart vvvvv
Divergence
pas assez d'existence !? pas assez d'identité !? pas assez de pouvoir !? pas assez de richesse !? <<<< pas assez d'avenir !?
Divergence
plus d'existence !? plus d'identité !? plus de pouvoir !? Plus de richesse !? <<<< Plus d'avenir !?
Divergence
plus encore d'existence !? plus encore d'identité !? plus encore de pouvoir !? plus encore de richesse !? <<<< plus encore d'avenir !?

 

La description polarisée des divergences n'implique pas une relation simpliste ou ...dichotomique, du genre bien/mal. Pensons plutôt au couple bien connu de la physique : action/réaction.
La divergence peut se décrire comme une triade, équilibre toujours chancelant entre Charybde et Scylla

 

La Divergence ne dit pas ce qui sera.
Mais elle nous conduit à quitter le paradis à jamais perdu.
Il n'y a pas d'erreur, de faute, d'achèvement final.
Il n'y a donc plus de jamais plus.

 

Mais il y a toujours, à chaque niveau, la liberté du composable



◆ 🛠 Pessimisme, optimisme


Poursuivons la topologie, image...catastrophique.

 

[< Réel >] Le réel se composent dans les intervalles limités par des divergences.
[< ↑ Réel ↑ >] Le réel est au fond de la vallée des divergences.
Le réel est stable en utopie, il ne peut plus diverger
Mais l'avalanche des divergences peuvent écraser le réel
[< ↓ Réel ↓ >] Le réel surplombe les divergences.
Le réel est en équilibre instable et "tombera" vers une divergence
Mais le réel peut rester au sommet et éviter la chute vers ses divergences
Analogie n'est pas raison. Que représente les flêches ↑↓. ? Entropie, neguentropie sont des concepts explicatifs bien tentants. Ne les évitons pas, mais cadrons les !
[< ⟵ Réel ⟶ >] Le réel est "entre" des divergences.
Le réel est en équilibre instable et "naviguera" vers une divergence

Le réel est dans le champ des divergences, écartelé entre les divergences

[< ⟵ ⟶ Réel ⟵ ⟶ >] Des compositions s'opposent aux divergences
[< ⟶ Réel >] Les compositions maintiennent, forment le réel

Les Convergences sont d'autres compositions

 

 

>>>Polarisation
>>>Cloisonnement
! Notes

 



◆ Esclavage




◆ Racisme


https://www.youtube.com/watch?v=ttdyBy1IeU8
https://www.youtube.com/results?search_query=Montgomery+en+Alabama+Mémorial+pour+la+Paix+et+la+Justice



◆ Shoah




◆ Fanatisme


Affirmer au nom de Dieu est la négation de son interlocuteur et de tout autre humain.
Affirmer la certitude scientifique est une hérésie clanique du savoir

 

Le fanatisme est une certitude armée.

 



◆ Retournement victimaire


 



◆ Divergence d'appartenance


 

Divergence
Cloisonnement
[P]
Absence ⟵ Equivalence ⟶ Présence
Eléments non équivalents

{non u}

⟵ Equivalence ⟶ éléments équivalents

{u}
ensemble des u équivalents

non-p ⋃ p = ℝ

non-p ⋂ p = ∅

{non u} ⟵ Proximité ⟶ {u}
[P-] Cloisonnement[P+]
Destruction {non-u}

{non u} = ∅

⟵ Cloisonnement X1

{u} = ℝ.= Tout
{u} = ℝ = Unique

Fixité de {non-u} ⟵ Cloisonnement X2
Cloisonnement X3⟶ Destruction de {u}
Cloisonnement X4⟶ Fixité de {u}
Cloisonnement
Clôture ⟵ Ouverture ⟶ Fermeture
Exclusion ⟵ Appartenance ⟶ Réclusion
Intégration

Universalisme

 


 

 

Le cloisonnement est une divergence de tout réel. Un fait , non un jugement.
Chaque entité de chaque réel, à chaque niveau, peut se situer différemment sur cette divergence.

 

 


Terme proche : Indistinction 1

endiguement « containment anglais
cloisonnement économique = classe

 

📌A lire : https://www.pauljorion.com/blog/2018/06/21/trends-tendances-la-dynamique-perverse-du-narcissisme-des-tyrans-le-21-juin-2018/

 



◆ Diversité de cloisonnement


Le cloisonnement n'est pas nécessairement dichotomique, il peut séparer plusieurs réels partiels ([Bleu, rouge, jaune,...] ou [Noir, blanc] ou [Noir, métis, blanc].

 

1 ou Aveuglement mais mot trop lié à une entité enfermée dans sa caverne platonicienne happy smiley



 

>>>Enchaînement
! Notes



◆ Pouvoir, Domination, Contrainte


Divergence de sens : Domination
Enchaînement complémentarité = POUVOIR
Le pouvoir est un enchaînement institutionnalisé.

 

Wikipedia:cristallisation = Pour isoler, purifier ; passage d'un état désordonné liquide (composé fondu, dissous dans un solvant), gazeux ou solide (verre) à un état ordonné solide.
L'usage usuel de la cristallisation pour purifier et isoler un élément m'oblige à préférer "enchaînement" qui reste dans la dimension "liaison".

 

- Encerclement
- Exclusivité
- Asymétrie <-/+>
- Linéarité
- Totalité transitive
- Contrainte
Dans tout réel, la contrainte est un pouvoir qui mène à la terreur par l'enchaînement des soumissions

 

Contrainte l'isolat démuni l'identification au chef la soumission transitive les soumis la terreur

 

 

 



 

>>>Démesure
>>>Sclérose
! Notes
La sclérose veut supprimer passé et futur comme détermination du présent. Le passé devient culpabilité, le futur devient idéal.
La certitude n'est pas une vertu qu'apporterait la science. La technique a besoin de certitude prévisible. Mais celles ci sont partielles, les "conditions présentes".

 

LA certitude est une sclérose de la pensée humaine dont abusent toutes les religions.
Les religions sont des institutionnalisations de la sclérose. 1
L'institutionalisation d'une organisation est une sclérose.

 

La certitude est une sclérose.
La certitude est une croyance.

 

N.B. Le changement obligatoire est une sclérose ! exemple: le système de la mode, la loi du progrès

 

Cause nécessaire ou cause finale
N • R = R • F = R', R ≠ R'.
(pas d'auto-organisation)



◆ Divergence de Sclerose


 

Divergence de rapport, d'ossature
Nécessité Répétition Fatalisme ⟵ Création Quotidienneté Présence ⟶ Finalité Progressisme,
Monovalence: ∃ ! R' tel que R . R' = R";
Fatalité nécessité
∀ R, ∀ R', N • R = R'
mécanique de cumul du passé
∀ R, N= ∑ R
Déclin, Recommencement
∀ R', R. R' = R
La culpabilité naît de l'irréversibilité du passé

 

Finalité,
idéalité
R • F = R'
Reproduction Eternité Fixité
Dégénérescence
R • !F = R'• F = R"....

 



◆ Répétition


"Il y aura toujours la guerre"
"L'histoire est une éternelle répétition"



◆ 


"Ca peut pas être pire, ça sera toujours mieux"

 

Politique du mal nécessaire,
la politique du pire
Nécessité , nécessitarisme poussée objet

 

l'idéal absolutiste ou le finalisme de la terreur
Finalisme tirée aspirée sujet fatalisme

 

1 Ne pas confondre avec la foi individuelle, outil individuel plus ou moins acculturé de représentation de l'univers

 



◆  Commentaires



 

>>>Boucle
! Notes

 



◆  Suite


En mathématiques, une suite est une famille d'éléments — appelés ses « termes » — indexée par les entiers naturels.
Suite abstraite : Une boucle est une suite réelle abstraite/concrete
Exemple : les nombres , un escalier (suite de marche)
Suite temporelle : Une boucle est une suite temporelle lorsque ses termes se succèdent dans le temps.
Exemple : planning, causalité, démarche

 

Un réel comprend des réels, les boucles, qui interviennent par agrégation, dans sa continuité, qu'elle soit réelle, conceptuelle, spatiale ou temporelle.

 

Boucle : autopoiétique (qui s’autoentretient)

Les boucles sont décrites par des exemples familiers, anthropomorphes, qui ne servent qu'à illustrer l'emplacement. 📅 2018-06-24 : L'urgence douloureuse de l'actualité m'a obligé à ce subterfuge humain.

Une boucle n'est pas bonne ou mauvaise en soi : une rétroaction peut amener à la destruction d'un réel qu'il soit une épidémie de peste ou un altruisme.


🛠 L'insistance à parler d'effet en retour omet que le réel muni d'une boucle a ainsi et aussi un effet d'"aller" sur le réel. La boucle n'est donc pas nécessairement temporelle, cohérente....
Boucle rétroaction. T1 T2 T3 : l'effet t2 de t1 a un effet sur t3. t1 < t2 > t3
Boucle aller/Projection T1 a un effet sur t2 qui a un effet sur T3. t1 > t2 > t3

 

>>>Réflexivité
>>>Spécularité
>>>Rétroaction
>>>Sédimentation
! Notes

 

 

La sédimentation n'est pas réduite ici à sa temporalité dont l'archétype est le déroulement historique.
Par exemple, une foule est une sédimentation en un lieu qui provoque des réactions en chaînes, en boucle....

 

Plus le capital, culturel ou financier, est grand, plus il est difficile d'y renoncer
Plus la mise est grande, plus la surenchère s'impose
Plus l'ordre est total, plus le pouvoir enchaîne.

 

🛠effet de redondance ?

 

>>>Réserve
>>>Processus
! Notes

 

 

 



◆  Commentaires



 

>>>Maintien
>>>Reproduction
>>>Mutation
>>>Foisonnement
>>>Projection
>>>Décrire
>>>Découvrir
! Notes

 

>>>Comprendre
>>>Réunir
>>>Créagir

74 pages imprimées grâce à pmwiki-2.2.116 le 2019-07-23 à 03:04.

 

 



◆  Commentaires


Leave a reply
Votre nom:

Votre commentaire (lu, l'apport sera intégré au texte. Toute malveillance sera effacée):


 


♦︎ Page last modified on 15 juillet 2019 à 11h07 by FidelioEspoir with pmwiki-2.2.116
📩 Travail de recherche mis à disposition selon